Camping Saint Jean de Luz

La location saisonnière, bonne alternative au camping

Définition de la location saisonnière

Phénomène qui est actuellement en plein essor, la location saisonnière est principalement appréciée pour les nombreux avantages qu’elle offre. Généralement meublé, ce type de location est proposé à la nuitée, à la semaine ou au mois, selon le contrat convenu entre le propriétaire et le locataire. Ainsi, tout le monde y trouve son compte, aussi bien le propriétaire, qui n’est pas obligé de s’engager dans un contrat de location défini par un cadre réglementaire strict, que le locataire, qui peut profiter du confort de la demeure le temps d’une nuit, d’un weekend ou d’un séjour plus long.

Qui sont concernés ?

Généralement, ce sont des particuliers qui louent leur résidence secondaire, notamment durant les périodes de vacances. Tout type de location est proposé, allant d’un appartement à une villa, en passant par un chalet, une demeure d’époque ou une maison de campagne. La location de vacances permet à tout propriétaire d’avoir quelques retombées financières. La formule de location C2C est un excellent moyen de réaliser un maximum d’économies. En effet, grâce aux différentes solutions qui ont vu le jour depuis une décennie, dont le fait de passer des annonces sur Internet, il n’est plus obligatoire de passer par des agences qui sont parfois gourmandes en fixant les frais de commission jusqu’à 40 % du montant du loyer.

Le principe de la location saisonnière

Le principe de la location saisonnière est assez similaire à celui de la location meublée. Même si aucun règlement spécifique ne mentionne qu’elle doit être obligatoirement meublée, il est rare de voir une location saisonnière vide. Elle est généralement équipée de tout le confort nécessaire pour permettre aux locataires de se sentir parfaitement à l’aise. Proposée pour une courte durée, les locataires signent souvent un contrat à la semaine, mais il n’est pas rare de voir des clients qui se lancent dans une location au mois, sachant que la durée maximale est de six mois normalement (le temps d’une saison).

La location saisonnière, quelles sont les conditions ?

Il est à noter qu’aucune réglementation n’est imposée à la location saisonnière. En effet, à l’image des locations meublées, seul le contrat signé entre le propriétaire et le locataire tient lieu de loi. En revanche, selon la loi en vigueur depuis le 16 mai 1967, le propriétaire doit obligatoirement permettre au locataire d’avoir un aperçu des lieux en lui fournissant un descriptif détaillé avant que ce dernier ne signe le contrat. Ce document doit mentionner tous les points importants, allant de la situation géographique de la location (distance par rapport aux pistes ou par rapport à la plage, vue sur la montagne ou sur la mer…) aux conditions financières imposées (dépôt de garantie, arrhes, charges, montant du loyer…), en passant par la description de l’intérieur (équipement électroménager, mobilier, nombre de chambres et de couchages…) et de l’extérieur (jardin, piscine…).

Les étapes à suivre pour la signature du contrat

Si le locataire est intéressé, il fait part au propriétaire de sa décision en lui envoyant une lettre de réservation accompagnée de la somme indiquée dans le document détaillé fourni par le propriétaire auparavant. Dès réception du courrier de réservation et du montant, le propriétaire, quant à lui, fait parvenir un contrat au locataire en deux exemplaires. Ce dernier garde un exemplaire et renvoie l’autre au propriétaire après y avoir apposé sa signature.

Concernant la réservation

Le propriétaire est libre de fixer le montant de la réservation. Si généralement il équivaut à 25 % de la somme totale de la location, le propriétaire a parfaitement le droit d’en demander davantage. Il peut même aller jusqu’à demander la totalité de la location étant donné que la location saisonnière n’est pas réglementée. C’est également au propriétaire de définir si la somme doit être versée au titre d’acompte ou au titre d’arrhes. La différence s’explique par le fait que si le futur locataire se désiste, il peut être obligé de payer la totalité du montant dans le cas de l’acompte. En revanche, si le montant est versé à titre d’arrhes, le montant est imputé sur le loyer en cas de confirmation. Cependant, en cas de désistement, cette somme n’est pas remboursée.

Du côté du propriétaire

Dans le cas où c’est le propriétaire qui est obligé de se désister pour une raison ou pour une autre, le locataire sera indemnisé.

  • Si ce dernier a versé un acompte, le montant lui sera restitué. Le propriétaire devra également lui verser des indemnités pour préjudice subi. Le montant de ces indemnités sera fixé en fonction du préjudice, dans le cas où le locataire s’est vu dans l’obligation de se trouver une location plus chère, voire d’annuler ses vacances. Si les deux parties n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente, le locataire a le droit de saisir le tribunal d’instance. Le montant des dommages et intérêts sera alors fixé par le juge.
  • Si le locataire a versé le montant à titre d’arrhes, le propriétaire se verra alors dans l’obligation de lui rendre le double de la somme indiquée.

Pourquoi la location saisonnière représente-t-elle une alternative au camping ?

Le camping est, certes, synonyme de convivialité. Lorsqu’on évoque le mot « camping », on pense immédiatement à une expérience unique, une occasion de faire de nouvelles rencontres, des activités attrayantes tant pour les enfants que pour les grands… Cependant, les descriptions que l’on trouve sur les annonces postées sur Internet ne reflètent pas toujours l’état des lieux. Il n’y a pas vraiment de réglementations imposées au camping et à la location saisonnière. Cependant, après réservation, si l’état des lieux à l’arrivée ne correspond pas vraiment à la description faite dans les annonces, les vacanciers qui ont préféré le camping n’ont pas d’issue de secours. En cas de mécontentement des locataires, la chance de se voir remboursé ou indemnisé en partie est mince, contrairement à la location saisonnière qui propose plusieurs alternatives pouvant aller jusqu’à saisir le tribunal d’instance qui tranchera.

Autre point à ne pas négliger, les soirées festives. Généralement, des animations sont proposées en soirée, dédiées aux fêtards et aux noctambules. Le camping n’est donc pas vraiment conseillé aux familles avec des enfants de bas âge qui ont besoin de calme la nuit. De leur côté, les locataires qui ont préféré la location saisonnière peuvent choisir en fonction de la situation géographique de la demeure (à proximité de la plage, du centre-ville où on peut trouver facilement une discothèque, un bar, du terrain de golf ou d’équitation…). Bref, ils décideront en prenant en compte les activités proposées dans les environs.